Bénin/Multicorps-Walô-RePaSOC/ Pratique artistique en milieux défavorisés : une centaine d’enfants, initiés au “ZINLI” par Mathy Vodoun

Bénin/Multicorps-Walô-RePaSOC/ Pratique artistique en milieux défavorisés : une centaine d’enfants, initiés au “ZINLI” par Mathy Vodoun

Bénin/Multicorps-Walô-RePaSOC/ Pratique artistique en milieux défavorisés : une centaine d’enfants, initiés au “ZINLI” par Mathy Vodoun

Près d’une centaine d’enfants bénéficient d’une formation dans la danse traditionnelle ZINLI.

Dans le cadre du projet initié par la Compagnie Walô dirigée par Rachelle Agbossou et le centre Multicorps créé par Marcel Gbeffa pour accompagner 500 enfants à la pratique artistique dans les milieux défavorisés à Cotonou et Abomey-Calavi, projet subventionné par l’Union-Européenne (RePaSOC) et le Ministère du Tourisme de la Culture et des Arts du Bénin (F. A. C.), les enfants de Calavi ont bénéficié d’un stage en danse Zinli.

Walô danse Benin

Profitant de son arrivée au Bénin dans le cadre du festival ZINLI WEFÔ dont il est l’initiateur depuis 4 ans, le danseur chorégraphe Béninois Mathias GANHOUNOUTO alias Mathy Bisous, invité par Rachelle Agbossou a pendant plus de 2h enseigné aux enfants, entre 7 et 12 ans, scolarisés et non scolarisés, quelques principes de la danse des cours royales d’Abomey: le ZINLI. C’était ce samedi 18 janvier 2020 dans la cour de l’Ecole Primaire Zoca dans la commune d’Abomey

Calavi.

Walô danse Benin

On pouvait lire la joie des enfants de découvrir cette danse gracieuse, princière et royale que le chorégraphe résidant en France, Mathias GANHOUNOUTO exécute lui même avec maestria ainsi que les danseurs qu’il forme depuis des années dans le cadre du prestigieux festival Zinli Wefô qui se tient depuis 4 ans dans la 2e quinzaine du mois de Janvier à Cotonou. Ce festival qui est le reflet de la richesse du patrimoine culturel béninois depuis le Dahomey, mérite attention et accompagnement véritable de l’État de la République du Bénin. MULTICORPS et WALÔ te disent merci et ce n’est que le début d’un travail d’apprentissage de danses spécifiques avec les enfants démunis.

Crédit photo: Kolawole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *